Droit de réponse à la CFDT : La Réalité !

vendredi 30 mai 2008
par  Section STMicroelectronics
popularité : 8%

En règle générale, nous ne sommes pas favorable aux règlements de compte entre syndicats.
Mais étant donné les critiques que nous avons subies à travers un tract de la CFDT, nous avons souhaité rétablir quelques réalités ...

Le contenu du protocole ainsi que l’accord prime de transport ne sont le fait que des organisations grévistes. Les opérateurs (dont les salaires sont les plus bas), techniciens et ingénieurs de journée ont été clairement ignorés.

Nous considérons aujourd’hui que l’ensemble du personnel sort perdant de ce conflit :
La prime industrielle au mois d’avril est nulle du fait de la baisse de productivité, toujours d’actualité.
La perte de salaire des grévistes (et non grévistes) ne sera pas compensée avant de nombreux mois.
Les mesures de restriction ont été durcies.
Les relations de travail sont devenues conflictuelles : entre grévistes et non grévistes, entre ingénieurs et opérateurs, entre direction et salariés. Cela laisse envisager des mois difficiles (qui l’étaient déjà bien assez).

Il est clair que la production sur Rousset s’est encore fragilisée.

Nos actions pendant le conflit ont consisté à préserver les intérêts du personnel non gréviste, en demandant le maintien de la prime industrielle au premier trimestre ainsi que l’accord de jours de décompression, et autre…

A ce jour, nous déplorons le comportement de certains élus et représentants syndicaux (parmi la CFDT et la CGT) qui :
demandent régulièrement des sanctions contre des cadres,
dénoncent les journées de décompression accordées au personnel non gréviste,
traitent certaines personnes de « collabos », menacent de « raser le crâne… » (cf tract intersyndical du 7 avril 2008), affirment qu’elles ne méritent pas d’être représentées,
intimident (à la limite du harcèlement) toute personne ayant d’autres visions que les leurs.

La CFDT parle de désinformation. C’est pourtant elle qui annonçait 1000 grévistes à Rousset (au lieu des 200 réels), des mouvements importants sur Tours, Crolles et Grenoble (en fait anodins).

Concernant le CHSCT, les élus CFE/CGC ont voté contre une expertise sur les TMS (Troubles Musculo-Squelettiques). Celle-ci ne peut être validée qu’en cas de danger grave et éminent. Un vote favorable serait débouté par toute décision juridique.
Ces mêmes élus ont voté en faveur de l’aide d’un cabinet extérieur spécialiste du sujet afin de permettre une étude sérieuse et indépendante sur les TMS à Rousset.

RAPPELONS que (CF Code du Travail – Article L236 – 2.2/2-3) :

« Le CHSCT est un organisme non de direction ou de décision, mais de CONCERTATION, chargé, le cas échéant après enquête et expertise, d’émettre des avis et de formuler des propositions destinées à informer le chef d’entreprise et à guider l’action de celui-ci…. Il ne peut pas adresser directement des directives au personnel de l’entreprise ou de l’établissement en matière d’hygiène ou de sécurité. »


Agenda

<<

2018

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois